Le sommeil et la santé mentale

Nombreux sont ceux qui connaissent les conséquences psychologiques d’une mauvaise nuit de sommeil. De mauvaises nuits peuvent entraîner de l’irritabilité, de la frustration, de la mauvaise humeur et une vulnérabilité au stress. À son tour, la façon dont nous nous sentons psychologiquement peut affecter notre sommeil. Par exemple, lorsque nous nous sentons anxieux, le niveau d’éveil dans le corps a tendance à être plus élevé, ce qui peut entraîner une perturbation du sommeil. Lorsque nous ne dormons pas bien, nous avons tendance à nous inquiéter du manque de sommeil, et cela se produit telle une « prophétie auto-réalisatrice ». 

Les chercheurs ont constaté, par rapport à la relation étroite entre le sommeil et la santé mentale, un chevauchement important entre l’insomnie et d’autres troubles psychologiques. L’insomnie — caractérisée par une difficulté à s’endormir et à maintenir le sommeil, et une tendance à se réveiller trop tôt accompagnée d’une incapacité à se rendormir — est couramment présente dans un contexte de dépression majeure, de trouble bipolaire, de troubles anxieux, de toxicomanie, de troubles alimentaires et de schizophrénie.

Les problèmes de santé mentale causent-ils l’insomnie ? Est-ce l’inverse ? Dans les faits, cette relation va dans les deux sens. Par exemple, regardons la relation entre l’insomnie et la dépression. L’insomnie peut entraîner de la fatigue, des problèmes de concentration, de l’irritabilité et une perte de plaisir dans la vie. En termes simples, la vie peut être plus difficile, et les choses moins agréables. Si ces effets secondaires désagréables sont suffisamment graves et durables, une dépression majeure peut survenir. D’autre part, la dépression est souvent associée à des perturbations du sommeil, telles que la difficulté à s’endormir, un sommeil fragmenté et des altérations des processus biologiques qui régulent le sommeil. Chez certaines personnes, ces troubles du sommeil peuvent s’enraciner avec le temps et évoluer vers une insomnie totale. 

La bonne nouvelle : agir et traiter l’insomnie a souvent un effet positif sur la santé mentale en général. La thérapie cognitivo-comportementale de l’insomnie, ou TCC-i, est recommandée comme traitement primaire contre l’insomnie. Des études se penchant sur la TCC-i comme traitement de l’insomnie et de la dépression majeure concomitantes ont révélé qu’en plus d’améliorer le sommeil, la TCC-i atténuait également de façon significative les symptômes de dépression. Des résultats similaires ont été démontrés pour l’anxiété. 

Les effets d’amélioration de l’humeur allant au-delà du sommeil s’expliquent par les stratégies utilisées en TCC-i. En plus d’enseigner des stratégies comportementales pour optimiser les processus biologiques qui régulent le sommeil, le programme de TCC-i de HALEO propose des façons de gérer les pensées qui nuisent au bon sommeil et des méthodes pour détendre le corps et l’esprit en préparation au sommeil. Cliquez ici pour en savoir plus sur l’insomnie et le traitement recommandé.

Téléchargez l'application dès aujourd'hui